Avertissement !

La monétarisation des aspects environnementaux est une opération plus complexe qu’il n’y parait.
Il est illusoire de croire que la valeur monétaire d’un aspect environnemental peut être calculée en multipliant simplement une quantité (de flux, d’effets, de dommages ou de « services ») par un facteur monétaire !

 

Une fonction de monétarisation est une opération qui doit intégrer une multitude de facteurs dont :

–         le contexte (sensibilité du lieu, de l’organisme, période, conditions environnementales, seuils d’irréversibilité, etc)
–         le temps (temps long, temps court, mode linéaire ou impulsif, etc)

Dans de nombreux cas, ces fonctions de monétarisation ne produisent que des valeurs inférieures à la réalité dans la mesure où les algorithmes utilisés ne prennent pas en compte les mécanismes ignorés ou non modélisables.

Dans tous les cas, le montant total des préjudices (ou des « services ») ne peut être réduit à la valeur cumulée de ce qui est étudié. 

Romain FERRARI

15.03.2013