Programme de recherche 2012

(version 20110805 ; remplace la version 20110502)

La valorisation économique de l’environnement : Problématiques et Méthodes.

Un tour d’horizon

 

1)  Inventaire complémentaire des travaux antérieurs sur :

 

La monétarisation des impacts, l’économie de l’environnement, les externalités environnementales négatives et positives, le chiffrage des services éco-systémiques (bio-capacité, etc.)

Collecte des dernières études disponibles et constitution d’une base de donnée dynamique permettant d’accéder facilement aux données, aux concepts, aux différents intervenants  (spécialistes, éditeurs, etc.), par mots clé.

 

2)  Analyse et synthèse des différentes approches méthodologiques

 

Les différentes approches méthodologiques devront être clarifiées en fonction :

– Des domaines privilégiés d’application (biens consommation courante, travaux d’infrastructures, processus industriels et commerciaux, transports, loisirs, etc ..)

– Des systèmes d’information -source- permettant de caractériser le processus à analyser (ACV, MFA, ESR, Etudes d’Impacts, Enquêtes et statistiques, etc)

– Des options -cibles- sur les effets, à privilégier : approche locale / globale, court terme / long terme, irréversible / réversible ; santé, productivité, valeurs d’agrément ou d’existence.

 

On s’attachera à prendre en compte les différentes qualités des biens à monétariser selon une nomenclature à définir. (Voir classification de P. Calame par exemple dans -Essai sur l’Oeconomie-)

On recherchera à proposer des combinaisons systémiques possibles entre plusieurs méthodologies différentes. (Voir comme exemple LIMELife-cycle Impact assessment Method based on Endpoint modeling)

 

3)  Inventaire et évaluation du potentiel des systèmes d’information et de calculs,

 

à apporter des solutions intéressantes pour la monétarisation ou bien capables d’être améliorés ou développés à cette fin.

Applications cibles prioritaires : biens de consommation et services.

 

4)  Identification des « chaînons manquants »

 

La Mission TVA Circulaire est susceptible, à partir d’un objectif concret, d’identifier les données et processus manquants qui restent à développer.

Par « chaînons manquants » nous entendons : systèmes de données, profondeur des indicateurs (End points), systèmes de modélisation, processus de restitution (si l’ACV est multi-indicateur, l’approche de monétarisation pourrait être mono-indicateur mais multi-vues : local / global, Court Terme, Long Terme, etc), …

Evaluation du niveau de robustesse des chaînons existants.

 

La réalisation de ce  programme doit permettre de définir précisément les axes de recherche et de développement des trois prochaines années (2013 – 2015).

 

Les intervenants devront être multidisciplinaires et capables de déployer une double stratégie :

  • Capacité à inventorier systématiquement toute information potentiellement utile dans chaque domaine bien précis.
  • Aptitude à trier, hiérarchiser et relier les informations provenant de disciplines très diverses et être capable de faire émerger les approches méthodologiques singulières.