Evaluation contingente

Consiste à demander directement aux enquêtés la somme qu’ils sont prêts à payer pour un scénario fictif (Consentement à payer ou consentement à recevoir qui donne généralement un résultat différent). Le nom d’évaluation « contingente » vient du fait que les personnes doivent révéler leur consentement à payer contingentement à un scénario, hypothétique par nature.

Le consentement à payer (CAP, Variations Compensatrices) est le montant monétaire qu’un individu serait disposé à sacrifier sur son revenu ou sa richesse afin d’obtenir un service non marchand défini, plutôt que de devoir renoncer à ce dernier.

Le consentement à recevoir (CAR, Variations équivalentes) : correspond au montant monétaire qu’un individu serait disposé à exiger en contrepartie de la perte ou de la réduction d’un service naturel non marchand défini.

 

Dans la réalité, ces deux mesures divergent pour une multitude de raisons, notamment parce que la valeur subjective de perte est souvent supérieure à celle d’un gain.

Le CAP considère implicitement que l’environnement appartient au pollueur, alors que le CAR est la mesure requise pour que le pollué concède son droit d’usage de son environnement (Bien Commun) réputé de qualité.

De nombreux biais viennent complexifier l’usage de ces outils : biais d’ancrage (sur les valeurs énoncées), biais hypothétiques (par rapport à des valeurs de marché), biais d’inclusion (problème d’échelle), …