Actualisation

Méthode de calcul qui permet d’estimer la valeur actuelle d’un bien disponible dans le futur. Déterminer le taux d’actualisation consiste à raisonner en termes d’arbitrage entre l’investissement envisagé et le même placement qui serait réalisé sur les marchés financiers.

Cette méthode permet d’intégrer le temps dans l’évaluation économique : un taux (Ta) de 7 % signifie que le gain ou la perte de 100 € aujourd’hui est équivalent à 100/1,07=93,5 € l’année prochaine et donc … seulement 50,8 F dans dix ans.

Dans une ACB, les coûts et bénéfices s’étalent généralement dans le temps et ils sont en règle générale pondérés de telle sorte que ceux qui n’apparaîtront que dans une période future possèdent une moindre valeur unitaire que s’ils survenaient au moment présent.
L’actualisation est une conséquence du jugement de valeur emprunté à l’économie du bien-être sur lequel repose l’ACB. Aussi longtemps que les individus continueront à préférer le présent au futur, ce jugement de valeur devrait logiquement s’appliquer à la dimension temporelle.

Le coefficient de pondération temporelle est appelé coefficient d’actualisation et s’écrit de la façon suivante : K = 1/(1+Ta)

Ainsi, si l’on suppose un taux d’actualisation de 5 %, des dommages d’un montant de 1 milliard d’Euro survenant dans 100 ans auraient dans une ACB une valeur égale à : 1 milliard d’Euro/(1.05)^100 = 7.6 millions d’Euro.

Voir aussi :

Taux d’actualisation

Taux d’actualisation social