Ressource

  • ECONOMIEEditerSupprimer

    Ce document présente une analyse synthétique des études quantitatives portant sur les modes de vie et les
    aspirations de la population française permettant de se faire une idée des possibilités de développement de
    l’économie circulaire, analysé sous l’angle des consommateurs.
    L’ensemble des enquêtes menées auprès de la population au cours des 25 dernières années montrent
    indéniablement une prise de conscience écologique des consommateurs. Les connaissances en matière
    environnementales ont progressé et de nombreux comportements ont évolué. C’est le cas en matière de
    prévention des déchets puisqu’on voit une nette diminution de la quantité de déchets produits par habitants
    depuis le début des années 2000. Ici, la sensibilité écologique et l’accompagnement des pouvoirs publics
    ont joué un rôle important dans les changements d’attitude de la population. Dans le domaine de la
    consommation d’énergie ou d’eau, au sujet des moyens de transports, concernant la durée de vie des
    objets, les préoccupations financières semblent jouer un rôle plus central, mais là aussi, on observe des
    changements d’attitude significatifs depuis le début des années 2000 : les consommateurs cherchent à
    économiser les ressources ou à mieux utiliser les objets dont ils ont besoin, voire à en revendre / donner /
    prêter / louer certains dont ils se servent peu. Ils le font surtout pour réaliser des économies, gagner de
    l’argent, contrer la hausse des prix, trouver des astuces pour maintenir leur qualité de vie malgré les
    pressions sur le pouvoir d’achat, mais cela ne veut pas dire que les considérations écologiques n’entrent
    pas en ligne de compte, puisque les comportements relevant de l’économie circulaire sont beaucoup plus
    fréquents chez les ménages ayant une sensibilité écologique marquée.
    Pour faciliter la participation de la population à l’économie circulaire, les pouvoirs publics doivent continuer
    de sensibiliser les Français à l’environnement, en accompagnant les changements de comportements qui
    prennent nécessairement du temps et en mettant en avant les gains financiers que l’économie circulaire
    permet de réaliser. 

    http://www.presse.ademe.fr/wp-content/uploads/2014/06/EconomieCirculaire_RapportCREDOC_16062014.pdf

    icon_note

    Voir à ce sujet : L’Economie Circulaire ne passera pas sans … une économie circulaire !

    http://www.fondation-2019.fr/2014/07/leconomie-circulaire-ne-passera-pas-sans-une-economie-circulaire/

    « la peur du chômage et de la pauvreté détournent, en partie, l’attention de l’environnement »
    « la croissance économique devrait être la priorité, même si cela a un impact sur l’environnement …»

    « Les années récentes sont marquées par une forme de « ras-le-bol » fiscal (74% des Français pensent en 2014 qu’ils sont perdants dans le système de redistribution socio-fiscal), de défiance vis-à-vis de l’intervention de l’État dans l’économie …»
    « seuls 36% des Français se disent prêts à payer 10% plus cher des produits reconnus comme préservant l’environnement, alors qu’ils étaient 66% en 1994 »

  • Retour