Interconséquentialités !

Interconséquentialités !

L’ammoniac

est indispensable à la croissance des plantes. Cette molécule constitue une des briques fondamentales pour la construction des protéines, des acides aminés, etc.

La nature arrive à synthétiser l’ammoniac à partir de l’azote atmosphérique (réserve quasi inépuisable) grâce à des coopérations complexes. Des bactéries très particulières arrivent à fixer l’azote atmosphérique.

 

Ces processus régulent le cycle de l’azote dans le milieu naturel directement ou indirectement à partir de l’énergie solaire :

 

Dès le XIXeme siècle, les demandes croissantes en nourriture ont conduit les ingénieurs à imaginer un procédé artificiel pour produire de l’ammoniac à une cadence bien supérieure, afin d’accroître artificiellement la production des cultures vivrières.

Le procédé Haber-Bosch, né en 1913, apporta la solution, pour produire massivement des engrais azotés (mais aussi de la poudre à canon et toutes sortes d’explosifs …)

 

Ce procédé (et ses dérivés) fournit aujourd’hui 99% des besoins associés aux activités humaines !
(La moitié de l’humanité doit son existence au procédé Haber-Bosch ou, en d’autres termes, la moitié des molécules de notre corps sont « passées » par une usine « Haber-Bosch »)

 

 

Contrairement au processus naturel, ce procédé consomme une quantité importante d’énergie (gaz) qui n’est pas inépuisable.

Aussi, il ne régule pas le cycle biogéochimique de l’azote comme le fait le cycle naturel. Environ la moitié de l’azote chimique épandu dans les sols n’est pas captée par les cultures. Cette partie non utilisée, modifie significativement les équilibres naturels et engendre des externalités négatives affectant notamment la production d’eau potable.

 

Nature : Depiction of the global nitrogen cycle on land and in the ocean
From the following article:
An Earth-system perspective of the global nitrogen cycle
Nicolas Gruber & James N. Galloway
Nature 451, 293-296(17 January 2008)
doi:10.1038/nature06592

_____________________________________________________________________________

Le Chapeau à Plumes

devint en 1920 un accessoire incontournable pour pavoiser sur les terrasses parisiennes.

 

Question :
Quelle fût la conséquence de cette mode éphémère ?

. Une épidémie de grippe aviaire en France ?
. Une flambée du cours du poulet sur les marchés ?
. Une famine en Egypte ?

Réponse :
Introduisant un déséquilibre profond dans la chaîne trophique, cette mode passagère a été très probablement responsable d’une des premières grandes famines du XXeme siècle en Egypte.

 

Avant :

Avant

 

Or, la destruction massive d’Ibis du Nil entraîna un développement anormal des serpents qui se jetèrent massivement sur les grenouilles, laissant le champ libre au sauterelles, qui ne firent qu’une bouchée des cultures vivrières …

 

Après :

Après

 

_____________________________________________________________________________

La Morue,

est un poisson convoité depuis le XVIeme siècle.

Les navires de pêche n’ont cessé d’être plus performants depuis les premières Flûtes, Pinasses, Frégates et autres Trois mats carrés jusqu’à nos chalutiers modernes.

 

 

Conséquence directe : une diminution des populations et une diminution de la taille moyenne des poissons pêchés. Une morue adulte peut atteindre deux mètres de longueur. En avez vous souvent rencontré chez votre poissonnier ?

Or les prémisses de cette dégradation ont été rendus discrets par le progrès technique permettant de pêcher plus d’individus … dans une ressource qui diminuait.

 

 

L’appauvrissement de la ressource n’est pas le « seul » impact à déplorer : la modification des réseaux trophiques, avec effondrement des populations de grande taille au profit de petits poissons ou d’organismes sans intérêt halieutique tels que les méduses, est au moins aussi redoutable !

Ces espèces occupent alors massivement les niches écologiques laissées libres … et le processus semble avoir atteint les seuils d’irréversibilité.

 

Or, il existe une variabilité naturelle et des interactions complexes entre les diverses espèces d’un écosystème.

 

Sachant que la Morue se nourrit aussi de Harengs …

 

qui sont de sérieux prédateurs des alevins de Morue …

I

… imaginez la conséquence d’une diminution des Morues adultes :

L’explosion des Harengs … et l’effondrement de la Morue !

 

Et naturellement, les questions se posent comme « Par exemple, quel est le RMD (rendement Maximal Durable) d’une pêcherie de harengs au large de Terre Neuve sachant que cette espèce a proliféré depuis l’effondrement de la morue et que la reconstitution du stock de morue est ralentie par la prédation des harengs sur les alevins de morue ? » (Alain Le Sann  Article Web – 12 octobre 2011 Alternatives économiques).

 

Pêcher plus de Harengs, est-ce la bonne solution ?

Cette option repose sur une intervention de type « Bio-géo-ingénierie ».
Or nous n’avons pas d’installation « pilote » pour tester préalablement l’efficacité d’une telle solution (au cas où elle ne fonctionnerait pas).
Un bon ingénieur sait que sans essais préalables sur un « pilote », il court à l’échec. La certitude de cet échec est proportionnelle à la complexité de son sujet.

Nous travaillons en vraie grandeur, sur une seule terre,
sans pouvoir remonter le cours de l’irréversibilité …
ne l’oublions pas !

 

2 Commentaires

  1. A voir :

    Conclusions du Programme pour l’environnement des Nations unies (PNUE) dans son dernier rapport Our Nutrient World, publié lundi 18 février 2013

    http://www.gpa.unep.org/component/docman/doc_download/255-our-nutrient-world.html?Itemid=139

  2. Audition de MM. Jean-Christophe BUREAU, professeur d’économie à AgroParisTech par le Sénat : les externalités des engrais azotés dans le monde sont de l’ordre du montant de leur chiffre d’affaire ! (mai 2015)

    http://videos.senat.fr/video/videos/2015/video28489.html

Envoyer un commentaire

Vous devez être connecté pour E commentaire.