Les Voies du Seigneur sont Dématérialisables …

Les Voies du Seigneur sont Dématérialisables …
Les églises se vident, les prêtres de plus en plus rares courent de l’une à l’autre et la vétusté de certains édifices devient un vrai casse tête pour les municipalités.

Face à ce problème ; de plus en plus de prêtres, en Russie, en Allemagne, en Italie, tentent de développer une stratégie alternative : celle de la dématérialisation !

Eglise gonflable
L’idée est simple : il suffit de se déplacer là où sont les fidèles (ou fidèles potentiels), gonfler son église le temps de la cérémonie, puis tout est replié et on repart vers d’autres lieus !
(Cliquez sur l’image pour voir la vidéo)

 

 

 

Plus généralement, le problème posé par la gestion des Infrastructures Evénementielles (comme les Salles Polyvalentes) est toujours le même :

– Ce sont des constructions lourdes en matériaux et en énergie,
– Les délais de construction sont longs
– Les solutions sont figées dans le temps, peu modulables, souffrant vite d’obsolescence
– Les visiteurs doivent se déplacer en nombre car la solution de vient pas à eux
– Les taux d’occupation sont souvent très faible alors que la charge de maintenance est permanente

 
Force est de constater que ces solutions lourdes à gérer pour les collectivités le sont encore plus dans la conjoncture actuelle…Aussi, sur le plan du développement durable, le secteur de la construction est le plus grand consommateur de matériaux non renouvelable. On peut se poser la question du sens de consacrer autant de ressources pour des usages aussi éphémères …
Solution : Dématérialisons !
Une bonne dématérialisation se réalise avec une paire de ciseaux à deux lames !
 
Réduire l’Intensité Matérielle, ET Augmenter l’Intensité Fonctionnelle !

 

1 – Réduire l’Intensité Matérielle

C’est diminuer les besoins en matériaux, énergies, etc pour procurer au moins le même niveau de service :

Avec 25 kg de fibre de verre, on transporte aujourd’hui le même débit d’information qu’avec 1 tonne de cuivre !

 

On est sur un Facteur de réduction de 40 en matière, sans tenir compte du «deuxième ordre» c’est-à-dire la translocation de matériaux pour produire le cuivre.
Rien que sur le plan énergétique (production du câble), on est sur un facteur de réduction de 800 !
Certes, une dématérialisation à simple « lame », peut par effet de rebond, entraîner au contraire un boum de la consommation de ressources : pensez à une machine à laver allègée de 20% mais qui dure 2 fois moins longtemps, souvenez vous de l’informatique qui était censée diminuer la consommation de papier , etc …

C’est pour cela qu’il faut introduire la deuxième lame : celle de l’intensification fonctionnelle !

 

 

 

2 – Augmenter l’Intensité Fonctionnelle

 

Ce principe est parfaitement illustré par l’exemple de la table à pieds réglables, qui lui permet de rester utile longtemps en fonction de l’évolution de taille d’un enfant !
 
Une autre voie pour accéder à une meilleure intensité d’utilisation des ressources (ressources immobilisées et ressources consommées) est ouverte par l’économie de fonctionnalité ou le contracting.
Prenons un exemple simple :Il est 23h30 vendredi soir, vous arrivez enfin à votre maison de campagne ;
il y fait 8°C.
Vous vous prosternez devant VOTRE chaudière (qui est la principale motivation de votre séjour) et vous tentez de la mettre en route, difficilement car vous avez encore oublié de la faire réviser.
Enfin elle démarre, mais dix minutes après, elle s’arrête.
Vous avez omis de faire le plein de fioul …
Il existe pourtant une alternative à cette passion : le contracting.Il suffit de rentrer chez soi, et de PROFITER, car la température est confortable et vous avez payé juste pour cela, pas pour avoir une chaudière et encore moins pour jouer les acheteurs de fioul !
L’économie de fonctionnalitécomporte fréquemment de multiples avantages :
– Primauté des activités de service, d’entretien, de réparation
Relocalisation de l’Économie et des Emplois
– Emplois plus nombreux, plus stables, qualifications plus variées
Diminution des flux de matières et optimisation de l’Énergie
– Nouvelle conception des garanties et de la relation client
– Optimisation des coûts
Maintenant revenons au territoire des infrastructures événementielles !Au delà du chapiteau de cirque qui en constitue les racines « nobles », les professionnels des bâtiments modulaires textiles desservent toutes les activités sportives, culturelles, ludiques, les réceptions de prestige, les meetings politiques les activités commerciales, et on en oublie…
 

 

 

 

A contre-pied de la tendance lourde des 30 dernières années, ces professionnels ont «massivement» adopté la stratégie de dématérialisation :

Premièrement en proposant des infrastructures légères afin de réduire significativement l’intensité matérielle des ouvrages.

Deuxièmement en basculant dans l’économie de fonctionnalité : vendre le service (ou l’usage) et non le bien ! Proposer des solutions avec le triple principe de la juste quantité, dans le juste temps, avec les seules fonctions utiles aux événements !

Depuis plus de 20 ans, ils ont lancé cette révolution d’offre dématérialisée sur le territoire des infrastructures événementielles, à grande échelle : 100 Millions de personnes accueillies en une année, avec une capacité de plus de 6 millions de m² de surface « prestée » et avec toutes les garanties de sécurité !

Tant sur le plan environnemental que social, cette nouvelle économie de fonctionnalité est reconnue comme particulièrement vertueuse.
Elle permet d’envisager des facteurs de réduction du poids environnemental des activités économiques de l’ordre de 10 alors que de nombreux secteurs peinent à envisager un facteur 2 dans les prochaines décennies !

 
Aujourd’hui, un de leur fournisseur principal de textiles, leur permet d’aller jusqu’au bout de la démarche grâce au recyclage des toiles.
Enfin, elle ouvre la voie à de nouvelles relations avec les clients, privés ou collectivités : nouvelle conception de l’efficience, des garanties et Optimisation des coûts.
Ce dernier point est important à l’heure où les collectivités doivent investir massivement dans des infrastructures lourdes comme celles du transport collectif, de l’assainissement de l’eau (STEP) , etc …
toutes ces choses qui n’ont pas encore eu la chance d’être entrées dans « l’âge des choses légères » *
* : Thierry KAZAZIAN : -Il y aura l’âge des choses légères- Victoires Editions

Envoyer un commentaire

Vous devez être connecté pour E commentaire.