En 2025, il n’y aura plus d’or, …

En 2025, il n’y aura plus d’or, …
Voici les échéances de rareté des richesses non renouvelables de notre planète, au rythme actuel de consommation et de recyclage : 
2012 : fin du terbium
2018 : fin du hafnium
2021 : fin de l’argent
2022 : fin de l’antimoine
2023 : fin du palladium
2025 : fin de l’or du zinc de l’indium
2028 : fin de l’étain
2030 : fin du plomb du lithium
                                                                           2038 : fin du tantale
                                                                           2039 : fin du cuivre
                                                                           2040 : fin de l’uranium
                                                                           2048 : fin du nickel
2050 à 2150 : fin du pétrole du lithium du platine gaz naturel fer cobalt, de l’aluminium, et du charbon !
 
 

 

Voir aussi :

Statistiques et informations sur l’offre mondiale, la demande et le flux des minéraux et des matériaux essentiels à l’économie américaine, la sécurité nationale et la protection de l’environnement:
http://minerals.usgs.gov/minerals/pubs/commodity/

l’Encyclopédie du développement Durable, Jacques Varet, sur les bases suivantes :
Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM), la Direction générale de l’énergie et des matières premières (DGEMP), l’IFP, l’Institut fédéral de la géoscience et des ressources naturelles d’Hanovre (BGR), l’Agence internationale de l’énergie (AIE), l’Association pour l’étude du pic du pétrole(ASPO) et la Fédération des minerais, minéraux industriels et métaux non ferreux (FEDEM).
http://www.encyclopedie-dd.org/Les-ressources-minerales

Terres rares : les parlementaires français insistent sur la formation des ingénieurs et le recyclage (Aout 2011)  http:/www.actu-environnement.com/ae/news/ressources-strategiques-chine-renouvelables-13361.php4

———————————————————————————————————————————-

Ces données son bien entendu théoriques. Elles sont basées sur les connaissances du moment, et en tenant compte d’une croissance régulière de la demande comparable à la situation d’aujourd’hui. Elles peuvent très sensiblement varier en fonction de nouvelles découvertes, ou de variations significatives de la demande suite à des ruptures technologiques.

Ceci étant précisé, voici l’échéancier convertit en applications courantes d’aujourd’hui :

2012 : fin des pile à combustible, lampes basse consommation (technologie 2009),
2018 : fin des modérateurs de réacteurs nucléaires, lampes à incandescences classiques,
2021 : fin de la bijouterie, de composants électronique, de l’argentique (photo traditionnelle)
2022 : fin de l’ignifugation des matières plastique, des semi-conducteurs, des dernières lampes à incandescence,
2023 : fin des pots catalytique, de composants électronique
2025 : fin de la joaillerie des constructions métalliques en acier galvanisé, des écrans plats, des verres spéciaux,
2028 : fin des soudures électroniques
2030 : fin des batteries au plomb et au lithium, des munitions,
2038 : fin des condensateurs électroniques,
2039 : fin des lignes électriques
2040 : fin des centrales nucléaires
2048 : fin des casseroles inoxydables (la fin des haricots n’est plus très loin …)

2050 à 2150 : rideau, changez de planète !

Fin et finitude : une différence de moyens !

Annoncer la fin du fer en 2087 et celle du nickel en 2048, alors que notre planète est constituée d’un noyau externe de fer et de nickel liquides, peu faire sourire.
Mais imaginez un peu le trou qu’il faudrait pratiquer pour atteindre ce noyau : plus de 4000 kilomètres !
Le puits de forage pétrolier le plus profond du monde atteint seulement une dizaine de kilomètres soit 0,3% de la profondeur à atteindre. Il y a encore du chemin à parcourir !

 

 
Cela rappelle un peu le cas de l’eau sur terre : 97% est salée, 2% est sous forme glace, reste moins de 1% disponible !
 
 
 
L’échéance de rareté d’une substance n’est pas seulement liée à sa quantité résiduelle sur Terre. Elle peut être raccourcie par effondrement des capacités industrielles permettant d’y accéder à un coût raisonnable.La combinaison de certains facteurs défavorables peut accélérer le processus de raréfaction : facteurs technologiques, énergétiques, économiques, sociaux, évènements conflictuels, …
 

 

La substitution permet parfois de passer d’un matériau à un autre en fonction de l’augmentation relative des coûts du fait de la rareté. C’est magique, mais le procédé atteint ses limites quand le choix se rétrécit … la table de Mendeleiev n’est pas indéfiniment extensible !

Table de Mendeleiev
 
Ce qui fait frémir dans cet échéancier, c’est la simultanéité relative des échéances sur une période de 50 ans.Recycler est la solution miracle à une « petite » condition près qui n’est pas anodine :
 
 limiter la croissance de demande de la matière à 1% par an !
 
En effet, au-delà de 1% de croissance annuelle, compte tenu du caractère exponentiel de l’évolution de la demande et du temps de séjour des matériaux dans l’application, recycler ne permet pas de reporter significativement l’échéance de rareté du matériau.

(Voir étude de F. Grosse : Finalité du Recyclage dans une société en Expansion … Mars 2010)

3 Commentaires

  1. Voir « Le Grand Pillage » nouveau rapport CHOC du club de Rome sur la déplétion des ressources minérales !

  2. Ce que cache la manipulation des cours de l’or

    https://francais.rt.com/economie/17943-long-format-que-cache-la-manipulation-cours-or

    « Plusieurs spécialistes s’accordent pour dire que le prix de l’once (31,1 grammes) devrait se situer autour de 8 000 dollars (soit quatre fois son record historique). Début mars 2016, il est d’environ 1 250 dollars. »

    « On échange donc l’équivalent de la production annuelle mondiale d’or chaque jour sur les marchés à terme. Pour Fabrice Drouin Ristori, fondateur et dirigeant de Goldbroker.com, c’est sur la plateforme new-yorkaise du COMEX «que la plupart des manipulations sont effectuées». Ces derniers mois, en moyenne, il n’existait qu’une once d’or physique disponible pour 300 contrats à terme. Vous avez bien lu. Si ne serait-ce qu’une petite partie des détenteurs d’or papier demandait la livraison de leur métal jaune, le COMEX exploserait. »

Envoyer un commentaire

Vous devez être connecté pour E commentaire.